“Vous avez refusé de serrer la main de Jordan Bardella” : débat tendu avec Mathilde Panot et Olivier Véran sur la réforme des retraites

l’essentiel
Mathilde Panot (LFI), Jordan Bardella (RN) et Olivier Véran (Renaissance), étaient invités à débattre mardi soir sur le plateau de BFMTV, avec évidemment au cœur des échanges le projet de réforme des retraites porté par le gouvernement.

L’exécutif est sous pression depuis plus de deux semaines et la présentation du projet de loi de réforme des retraites par Elisabeth Borne. Ces derniers jours, un thème pèse particulièrement dans l’argumentaire des opposants au projet : celui des femmes, dont ils affirment qu’elles font partie des grandes perdantes de la réforme telle qu’elle est proposée par le gouvernement.

A lire aussi :
VIDEO. Réforme des retraites : Elisabeth Borne très chahutée à l’Assemblée à propos de la polémique sur les femmes “pénalisées”

Depuis le début de semaine, l’exécutif tente ainsi d’éteindre la polémique, alors même que le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Franck Riester, a concédé que les femmes étaient “un peu pénalisées”. De quoi permettre à la gauche de s’insurger contre un projet qu’elle présente comme étant “anti-femmes”.

Le sujet a ainsi été largement abordé lors du débat tenu mardi soir sur BFMTV entre Mathilde Panot, Jordan Bardella et Olivier Véran. “C’est une réforme qui est anti-femmes”, a martelé la cheffe de file des députés LFI. “Quand un ministre lui-même l’admet, que les femmes vont être pénalisées” par le report de l’âge légal, “alors c’est un bon motif pour le retirer de ce projet de loi”.

“Mon collègue a dit une énorme connerie”

“Vous êtes très mal à l’aise parce que vous vous dites “mon collègue a dit une énorme connerie et on va devoir ramer sur les plateaux pour essayer de s’en sortir””, a renchéri l’eurodéputé du parti d’extrême droite, tandis qu’Olivier Véran a assuré en réponse que tous les ministres étaient “alignés”. “Essayez pas de mettre des coins”, a-t-il insisté.

A lire aussi :
Réforme des retraites : les femmes sont “un peu pénalisées” par le report de l’âge légal, concède le ministre Franck Riester

Comme Elisabeth Borne quelques heures plus tôt à l’Assemblée nationale, Olivier Véran a énuméré les avantages escomptés pour les femmes dans ce projet, notamment le fait qu’elles seront à 60% les bénéficiaires de la revalorisation des petites retraites à 1 200 euros brut. “Faut juste comprendre que les 1200 euros sont là pour vous faire avaler la pilule”, a protesté Jordan Bardella, soulignant qu’ils ne concerneraient que les personnes qui ont fait une carrière complète au Smic. “Depuis le début vous expliquez aux Français qu’ils n’ont pas compris cette réforme, qu’ils sont trop bêtes pour comprendre”, a dit pour sa part Mathilde Panot. “Les gens ont très bien compris ce que vous êtes en train de faire”, a-t-elle complété.

“Jamais un parti comme les autres”

Les échanges ont été particulièrement soutenus tout au long de la soirée, avec quelques moments de tensions, qui ont commencé avant même que le débat ait démarré, notamment au moment de la poignée de main. “On a remarqué que vous avez refusé de serrer la main de Jordan Bardella”, a commenté le journaliste de BFMTV à l’intention de Mathilde Panot qui lui a répondu pour se justifier qu’elle considérait que le Rassemblement national ne sera pour elle “jamais un parti comme les autres”.

“Vous avez serré la main de M.Véran ?”, lui a alors demandé Jordan Bardella. “Non, mais je dis bonjour, je vous ai dit bonjour à vous aussi”, a rétorqué la cheffe de file des LFI à l’Assemblée. “Donc vous ne serrez la main à personne, pour rassembler une majorité de Français ça va être très compliqué”, a-t-il conclu.