Christophe Béchu présente son plan anti-sécheresse

Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu. BENOIT TESSIER / REUTERS

Dans une interview au Parisien, le ministre de la Transition écologique annonce son intention de mobiliser tous les acteurs concernés : collectivités territoriales, entreprises et particuliers.

Après le plan de sobriété énergétique, voilà celui anti-sécheresse. Dans une interview au Parisien mardi, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu détaille le plan du gouvernement pour lutter contre les épisodes de sécheresse, qui sont de plus en plus fréquents. Celui de 2022 avait durement affecté plusieurs départements. Selon le membre de l’exécutif, «700 communes ont connu des difficultés d’approvisionnement en eau potable» et les choses ne vont pas «s’arranger». «La nature ne nous laisse pas le choix», martèle-t-il.

Afin de mieux prévenir ces vagues et davantage gérer la quantité d’eau disponible, le gouvernement souhaite «diminuer d’un peu plus de 10 % le volume d’eau prélevé dans nos sous-sols d’ici la fin du quinquennat». Ce qui représente une baisse de «4 milliards de mètres cubes sur un total de 33 captés chaque année.»

Alors que les agriculteurs voient régulièrement leurs terres touchées par cette sécheresse, avec de fortes conséquences sur les récoltes, Christophe Béchu souffle le chaud et le froid. S’il appelle la profession à un peu plus de sobriété aquatique, le ministre considère qu’il «serait hypocrite de fixer trop de restrictions à l’agriculture française, ce qui nous pousserait à importer.»

«Une conséquence du réchauffement climatique»

Quant aux particuliers, l’ancien maire d’Angers veut «changer certaines règles de construction» de certaines habitations. Christophe Béchu annonce également une sorte d’équivalent d’EcoWatt – la météo de la consommation énergique – à l’utilisation de l’eau. Il prévoit par ailleurs un plan de communication audiovisuelle faite de «conseils simples car beaucoup de Français sont prêts à agir.» «C’est une conséquence du réchauffement climatique face à laquelle tous les Français doivent s’adapter», indique le ministre.

Le gouvernement veut enfin changer la gestion territoriale des ressources. «On ne peut pas garder des communes qui gèrent seules la compétence eau potable. L’objectif d’installer la gestion de l’eau en intercommunalités en 2026 doit être tenu», explique Christophe Béchu. Ce dernier demande un «dispositif d’information en temps réel et à une adresse précise via une appli ou un site Internet.» Avec des analyses de prévision qui seraient affinées avant l’été, il serait alors possible de «prendre des restrictions, dès qu’elles sont nécessaires, bien avant le début de l’été».

À VOIR AUSSI – Interdiction de néonicotinoïdes par l’Union européenne, Marc Fesneau promet de sauver la filière de la betterave